Bandeau inférieur

Découvrir la commune/Patrimoine/Vitraux de l'Abbatiale de Saint-Gildas-des-Bois

Vitraux de l'Abbatiale de Saint-Gildas-des-Bois

Un travail d'équipe

Très endommagée en 1944 par deux bombardements, l’église de Saint-Gildas-des-Bois, par manque de crédits, n’avait pu retrouver la totalité de ses vitraux. En 2003, à l’initiative du Sénateur André Trillard, maire de Saint-Gildas-des-Bois, président UMP du Conseil Général de Loire Atlantique de 2001 à 2004, une commission est créée pour redonner
à l’ancienne abbatiale du XIIème siècle des verrières dignes de son passé historique. Elle regroupe des élus, des représentants des instances du Ministère de la Culture au nombre desquels Norbert Duffort, directeur des Affaires culturelles des Pays de la Loire, des représentants de la paroisse et du diocèse et l’écrivain Jean Rouaud originaire de la région. Au terme de
deux ans d’études et démarches diverses, la commission confie le projet à Pascal Convert, auteur du Monument aux Fusillés du Mont-Valérien et de sculptures de cire d’après des photographies de presse comme la « Madonne de Benthala » d’Hocine.

Une création originale

A Saint-Gildas, Convert a de nouveau mis en oeuvre la transformation de figures en un matériau, en l’occurrence le cristal. Il s’inspire de photographies médicales d’enfants aliénés exécutées à la fin du XIXème siècle à des fins scientifiques et projette de les convertir en vitrail. Dans un premier temps, les photographies sont développées en bas relief de plâtre par le sculpteur Claus Velte, un des collaborateurs les plus constants de Convert. Le plâtre obtenu est aux dimensions de la baie de l’église ; visage, mains et vêtements apparaissent alors en modelé. Intervient ensuite le travail des verriers, Jean-Dominique Fleury et Olivier Juteau, qui consiste à faire fondre des débris provenant de cristalleries dans des moules confectionnés à partir des sculptures. L’effet obtenu est saisissant. Chaque enfant vous suit du regard avec une insistance muette et émouvante.Indépendamment de l’impact émotionnel sur l’âme du visiteur tous par leur présence rappellent les vertus thaumaturgiques de Saint Gildas imploré en ce lieu au Moyen Âge pour la guérison des aliénés.

Dans le cadre de la commande publique

Depuis 1983, date de création du fond de la commande public, la réflexion autour de la production d’oeuvres d’art dans l’espace public a beaucoup évolué. Ainsi une collaboration étroite entre la Délégation aux Arts plastiques, la Direction de l’Architecture et du Patrimoine et le clergé a permis d’initier un ensemble de commandes qui visent à  mettre en valeur le patrimoine architectural, par l’introduction de l’art contemporain au sein d’édifices religieux. Ainsi de nombreuses réalisations de vitraux nés de collaborations, fructueuses entre un artiste et un maître verrier, ont permis de renouveler ce médium privilégié de l’art sacré. À Saint-Gildas, le coût du projet s’est élevé à 300 000 euros, dépassant les moyens de la commune et n’a pu être mené à bien que grâce au concours financier du Ministère de la Culture et de la Communication, de la Région des Pays de la Loire, du Conseil général de Loire-Atlantique et au mécénat de GDF Suez et du Crédit Agricole. 

Livre sur les vitraux de l'abbatiale

Abbatiale de Saint-Gildas-des-Bois
Auteur : Pascal Convert
Texte : Philippe Dagen
Editions du Patrimoine


Cet ouvrage, richement illustré, retrace l’histoire de la création des nouveaux vitraux. Il vous mènera au coeur de la conception, de la recherche et de la réalisation de ces oeuvres d’art, « portraits d’enfants d’une acuité remarquable, dans unmatériau d’une grande transparence ». (Le Monde - 01/01/2009).

Ouvrage sous couverture cartonnée de 96 pages, bilingue (Français- Anglais).

ZoomLivre sur les vitraux de l'abbatiale de Saint-Gildas-des-Bois

Bon de commande

Pour télécharger le bon de commande du livre sur les vitraux de l'abbatiale de Saint-Gildas-des-Bois, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :